Le raza espagnol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le raza espagnol

Message par Admin le Sam 10 Nov - 18:49

Le raza espagnol est le canari miniature par excellence.
Très petit ( 11,5 cm maximum ) corps fin, étroit, petites pattes.
Il est très agile et très vif.
Son comportement et sa taille ne sont pas sans rappeler son ancêtre, le canari sauvage (serinus canarius) dont il a gardé la rusticité, la vivacité et l’instinct d’élevage très poussé.
Il faut rechercher l’origine de la race dans la vieille souche des canaris qui étaient élevés en Espagne à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème. Régulièrement les espagnols ont réintroduit du sang nouveau en le croisant régulièrement avec le canari sauvage des îles Canaries. Le but étant de garder une petite taille et ainsi fixer les principaux caractères de cette « race ». Ces apports réguliers expliquent le côté «sauvage » et vif de cette petite merveille, contrairement à d’autre races, beaucoup plus anciennes et donc beaucoup plus calmes et plus sociables.
Le premier standard date de 1931, mais sa reconnaissance ne fût effective qu’à partir de 1956. Le standard à cette époque était encore difficile à fixer et ce n’est qu’en 1977 qu’il devint stable et enfin reconnu par la COM.
Après avoir été longtemps marginal dans les expositions, il est, depuis quelques années, devenu un des oiseaux les plus exposé en catégorie posture, surtout depuis la fin du 20ème siècle. Il est présent dans pratiquement tous les concours, petits ou grands, et le nombre d’oiseaux exposés ne fait que croître.


[color=#663300]Ø Taille : 25 points
La taille doit être de 11,5 cm MAXIMUM. S’il est plus petit ça n’en est que mieux.
[color=red]Défaut : trop grand[color:d126=red:d126]
Ø Dos et Poitrine : 25 points
Le dos et la poitrine doivent étroits et minces.
Sans proéminence.
Corps cylindrique
Défauts : Formes trop lourdes ou corps pas cylindrique. Bréchet saillant
Ø Tête et cou : 10 points
Petite tête en forme de noisette.
Cou fin et court, bien dégagé du corps
Bec petit et conique
Défauts : Tête trop forte ou trop plate. Cou aps assez marqué, pas assez fin et dégagé du corps
Bec trop grand
Ø Ailes et queue : 10 points
En proportion avec la taille de l’oiseau.
Bien adhérent au corps
Ailes se terminant en pointe, sans se croiser.
Queue longueur moyenne, étroite et légèrement fourchue (queue de poisson)
[color=red]Défauts[color:d126=red:d126] : Ailes courtes, décollées, croisées. Pendantes. Queue trop longue, en déséquilibre avec le corps de l’oiseau. Terminée en carré.
Ø Jambes et pattes : 10 points
Courtes et accroupies.
Cuisses peu visibles.
Tarse court (14mm) et doigts courts.
[color=red]Défauts[color:d126=red:d126] : Pattes trop grandes, tarses et doigts trop longs. Cuisses trop visibles.
Ø Plumage : 10 points
Compacté et fermé.
Bien adhérent au corps.
Défauts : Plume dure, cassante, longue ou exagérément courte rare autour des yeux.
Ø Position et mouvement : 5 points
Gai en mouvement libre et agile
Position : 45°
[color=red]Défauts : Trop érigé[color:d126=red:d126]
Ø Condition : 5 points
Propre et en bonne santé et actif
Toutes les couleurs sont admises sauf le rouge
[color=red]Défauts : mauvaise santé, sale, déformations, couleur terne, couleur de fond rouge ou orangée.[color:d126=red:d126]
Les accouplements :
Malgré sa prolificité, c’est un oiseau difficile à obtenir d’un point de vue standard. Effectivement, le standard exigeant une étroitesse du corps et une très petite taille, le choix des reproducteurs est crucial !!!
Ce qui caractérise cette race, c’est sa longueur de plume. L’oiseau doit avoir une plume courte, voire très courte, sans pour autant tomber dans l’excès et se retrouver avec des oiseaux ayant des parties dénudées. D’où l’importance du choix des géniteurs et de leur complémentarité.
De ce fait, il est tentant de croiser intensif x intensif, c’est pour moi une hérésie de croire que l’on puisse ainsi obtenir de bons intensifs. En pratiquant de la sorte vous courrez le risque d’obtenir des oiseaux « double-facteur intensif » ( voir photo jointe ), oiseaux complètement hors standard et inexploitables tant en expositions qu’en reproduction. Le seul et unique avantage de ce type d’accouplement est d’obtenir ¼ théorique de schimmel de qualité. Ces schimmels accouplés à des intensifs « simple facteur » vous donneront de bons intenssifs !!!
Je profite d’ailleurs du fait de parler du croissement intenssif x intenssif pour souligner que en aucun cas le double facteur intensif est létal. Les « double facteur » existent bien !!!
J’en profite aussi pour dire que j’ai lu ici ou là, qu’il existait des semi-intensifs ou semi-schimmels : c’est une affirmation erronée l’oiseau est soit intensif, soit schimmel, après ce n’est qu’une histoire de longueur de plume….
On pourrait débattre sur ce sujet pendant des heures, donc pour conclure sur les accouplements, mes accouplements sont toujours intensif ( simple facteur ) X schimmel.
petite précision qui a son importance : [size=21]
BAGUES
[b][color:d126=#993300:d126]Le diamètre obligatoire est de 2,5 mm.
[/size]
[/b]

Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 144
Points : 150
Réputation : 0
Date d'inscription : 18/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://citizen-band.go1.cc/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le raza espagnol

Message par barker le Sam 29 Jan - 19:35

excellente oiseau

barker
Membre
Membre

Masculin
Nombre de messages : 5
Age : 36
Emploi/loisirs : non
Humeur : satiric
Points : 5
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum